Travelling Avant

17 juin 2009

La fête du cinéma à la Cinémathèque québécoise

Filed under: Cinémathèque québécoise — Marc-André @ 21:56
La fête du cinéma à la Cinématèque québécoise

La fête du cinéma à la Cinématèque québécoise

Oh, la bonne idée que voilà! Ouh, la jolie fiesta cinéphile en perspective…

La Cinémathèque québécoise s’associe à 24 Images afin de célébrer le trentième anniversaire de la revue.

Ces doctes esprits formidablement bien renseignés ont eu la jouissive et très intelligente idée de nous concocter un marathon cinématographique d’une durée de 24 heures. Et c’est gratuit, ma foi du saint bon dieu. C’est-y pas formidable, ça?

(Tous en coeur et avec un dynamisme renversant) : Oui, ça l’est.

Les festivités débutent le samedi 20 juin à 10 heures, oui oui, le matin, juste après que vous ayez terminé d’engloutir vos mini-wheats bio sans gras trans et 10% moins de sucre. Et cela se termine le lendemain matin, dimanche 21 juin, autour de 8 heures, après une journée ma foi solidement remplie de projections ininterrompues.

Avouez que c’est intéressant en diable. Mais attendez de voir le programme. Le voici, d’ailleurs :

  • 10 h 00 : L’Enfant lion, Patrick Grandperret (France, 1993)
  • 12 h 00 : Modern Times, Charlie Chaplin (États-Unis, 1936)
  • 14 h 15 : Cléo de 5 à 7, Agnès Varda (France, 1962)
  • 16 h 30 : Les Trois Couronnes du matelot, Raoul Ruiz (France, 1982)
  • 19 h 00 : Rencontres sur une table d’opération (quatre films muets surréalistes, dont Un chien andalou)
  • 20 h 30 : Au clair de la lune, André Forcier (Québec, 1982)
  • 22 h 45 : Tetsuo, Shinya Tsukamoto (Japon, 1989)
  • 00 h 30 : Freaks, Tod Browning (États-Unis, 1932)
  • 02 h 00 : Leningrad Cowboys Go America, Aki Kaurismaki (Finlande, 1989)
  • 03 h 45 : Sweet Sweetback’s Baadasssss Song, Melvin Van Peebles (États-Unis, 1971)
  • 06 h 00 : Reservoir Dogs, Quentin Tarantino (États-Unis, 1992)

Personnellement, je ne tiens plus en place juste à l’idée de voir sur grand écran, avec une copie 35 mm, le premier film brillantissime et royalement disjoncté de l’un de mes maîtres filmiques, le seul et unique Shinya Tsukamoto. C’est ce qu’on appelle une occasion unique à ne pas manquer.

Chaque projection est également accompagnée de courts métrages. Pour connaître tous les détails, consultez le programme complet de la Fête du cinéma.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :