Travelling Avant

20 octobre 2007

FNC 2007 : My Winnipeg

Filed under: Cinéma canadien, Festival du nouveau cinéma 2007 — Marc-André @ 12:23
My Winnipeg

My Winnipeg

Qui d’autre que l’inimitable Guy Maddin pour nous intéresser à un film portant sur la ville de… Winnipeg?

L’un des plus ingénieux et inspirés cinéastes canadiens nous convie à un voyage au coeur de sa ville natale, à la fois follement aimée et terriblement détestée. Les premières images nous montrent un homme fiévreux et paranoïaque, quittant – fuyant, plutôt – la ville à bord d’un train. Est-ce Guy Maddin lui-même? Cet homme nous racontera son histoire personnelle, entremêlée des grands épisodes marquants de sa ville natale, prenant la forme de la confidence exaltée et du règlement de comptes effréné.

Une concoction d’une bizarrerie irrésistible surgira de ses souvenirs, contaminés par son imaginaire fantasque et un délire onirique transformant l’aliénation en épopée humaine aux accents fantasmagoriques. Il en résulte une oeuvre totalement unique et indescriptible, empruntant à l’autobiographie, au documentaire et au surréalisme le plus fantaisiste et insolite que l’on puisse imaginer. Certes, on reconnaît dans chaque plan la signature du réalisateur de Brand Upon The Brain!, qui signe ici son film le plus personnel et intimiste, détournant la matière documentaire vers la quatrième dimension de son univers : hommage au cinéma muet et à l’expressionnisme allemand, noir et blanc et style vieillot au charme suranné, traitement déformé de l’image et montage effréné sont toujours au rendez-vous, mais l’approche et le ton sont férocement originaux.

Narré de manière incantatoire par Maddin lui-même, au moyen d’un monologue jubilatoire et poétique – monologue qui tient de la performance, brillante récitation qui peut être perçue comme une oeuvre à part entière – le récit est une évocation des particularités de la ville manitobaine, parfois solidement documentées et appuyées par des images d’archives, et à d’autres moments complètement délirantes et farfelues. On apprend ainsi que Winnipeg est la ville comptant le plus grand nombre de somnambules au monde, et qu’elle a été le théâtre de nombreux événements marquants et insolites, notamment des séances de spiritisme païen tenues à la mairie (!?!) et des catastrophes historiques, transformées en de véritables tragédies fantastiques sous le regard halluciné de Maddin. Par exemple, l’incendie d’un hippodrome ayant laissé les chevaux en fuite prisonniers dans la glace, avec ses images fulgurantes de carcasses figées dans les paysages enneigés. La disparition du magasin Eaton et la démolition du Colisée de Winnipeg sont soulignées le temps de séquences inoubliables – on aura rarement vu un hommage au hockey aussi colossal et vibrant – sans mentionner les nombreuses péripéties vécues par la famille du cinéaste, filmées tour à tour comme des situations burlesques, grotesques ou mélodramatiques, à la manière de feuilletons télé ou de films hollywoodiens, qui imprègnent la vision du narrateur.

Les thèmes chers à Maddin, tous reconduits de façon magistrale, s’incarnent ici de manière beaucoup plus précise, au moyen d’un hommage ému et transporté à sa mère et à l’ensemble de sa famille, dont il recrée la dynamique avec des mises en abyme tour à tour loufoques, cinglantes et attendries.

On comprendra qu’on a affaire ici à tout sauf à un documentaire conventionnel. D’une richesse infinie, My Winnipeg est un accomplissement remarquable qui laisse le souffle coupé, une oeuvre unique qui est très certainement l’un des sommets de ce grand artiste.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :