Travelling Avant

18 octobre 2007

FNC 2007 : Dai-Nipponjin

Filed under: Cinéma japonais, Festival du nouveau cinéma 2007 — Marc-André @ 11:08
Dai-Nipponjin

Dai-Nipponjin

Dai Sato est un drôle de type. Cheveux longs, l’air abattu, plutôt replié sur lui-même, et une vie qui semble des plus ordinaires. Mais il est reconnu dans la rue, sa maison est couverte de graffitis haineux et manifestement, les gens ne l’apprécient guère, quand ils ne le détestent pas simplement. C’est que Dai Sato (interprété avec un flegme irrésistible par le cinéaste, Hitoshi Matsumoto) a un destin particulier : il est un Dai-Nipponjin (littéralement : grand Japonais), et doit donc se transformer en géant musclé afin de protéger le pays contre l’invasion de monstres hideux et grotesques.

Héritier d’une longue tradition de géants défenseurs, Dai Sato n’est toutefois pas au meilleur de sa forme : ses problèmes personnels minent son moral, et sa pratique illustre n’a plus le panache d’autrefois auprès de la population. Ses cotes d’écoute sont très mauvaises, et ses péripéties sont reléguées à une case horaire télé de nuit. Une équipe documentaire effectue des entrevues avec lui et le suit dans ses activités quotidiennes afin de brosser un portrait – peu édifiant – de la vie de ce souffre-douleur national.

Bienvenue dans le monde indescriptible de Hitoshi Matsumoto. Pour ses premiers pas au cinéma, cet humoriste a réalisé un inénarrable OVNI cinématographique bidonnant et atypique, où l’univers des films de monstres et de la science-fiction japonaise est non seulement devenu une réalité tangible, mais cette réalité est même rendue banale, tant la population est lasse des combats entre super héros nippons et créatures monstrueuses.

Poussant l’absurde dans ses derniers retranchements, Matsumoto a conçu un improbable et sérieusement délirant croisement entre le mockumentory à la Christopher Guest et les aventures fantastiques avec combats à la Godzilla et Ultraman. Faisant preuve d’un humour pince-sans-rire inébranlable, le réalisateur se met lui-même en scène dans de longues séquences d’entrevues au style réaliste. Ces scènes extrêmement dépouillées et un peu longuettes lui permettent d’effectuer une satire tout en finesse de la société japonaise, où il est question de l’essoufflement des traditions, du culte des idoles et des mutations de l’imaginaire nippon. Des séquences de combat très cheesy et risibles, tournées à grand renfort d’effets numériques de pacotille, viennent entrecouper les séquences qui singent le documentaire. L’aspect outrancier, décalé et dérisoire de ces séquences illustre clairement que Matsumoto tourne en dérision le genre du kaijun eiga (film de monstres) pour mieux appuyer son propos et, par la même occasion, offrir un délicieux clin d’oeil aux aficionados du genre.

Aussi, il faut sans doute être familier avec l’univers typifié que le cinéaste parodie avec beaucoup d’intelligence et une surprenante retenue afin de pouvoir apprécier pleinement et à sa juste mesure ce pastiche documentaire savoureux et très original. Les séquences du faux documentaire et les entrevues pourront apparaître trop longues ou ennuyeuses aux yeux des amateurs de sensations fortes, mais elles constituent l’un des traits les plus inusités et inventifs de ce film inclassable. Il est vrai que le film pêche parfois par manque de rythme en cours de route, mais notre patience est largement récompensée par quelques séquences de combat totalement bizarroïdes, et surtout grâce à une finale mémorable qui bascule dans une débilité et un cabotinage aussi jouissifs qu’hilarants. Il n’y a que les Japonais pour pousser le délire et l’absurde aussi loin. C’est pour ça qu’on les aime tant.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :