Travelling Avant

16 octobre 2007

FNC 2007 : La question humaine

Filed under: Cinéma français, Drame, Festival du nouveau cinéma 2007 — Marc-André @ 13:15
La Question humaine

La Question humaine

La froide logique comptable des grandes entreprises. Des relents de nazisme. Une paranoïa et un désarroi existentiel prononcés. Des dérèglements psychologiques et des troubles mentaux. Le surgissement des fantômes du passé. Une descente aux enfers vertigineuse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce film de Nicolas Klotz plonge à pieds joints au sein d’une matière éprouvante et difficile.

Adapté par Elisabeth Perceval à partir du roman éponyme de François Emmanuel, La Question humaine aborde de manière extrêmement sensible, violente et déroutante le chemin de croix d’un psychologue industriel (interprété par un Mathieu Amalric au sommet de son art, littéralement hanté par son personnage, jouant en équilibre sur un fil de fer psychologique fascinant) qui est chargé d’enquêter sur le comportement problématique du grand directeur de l’aile française d’une entreprise allemande de pétrochimie (Michael Lonsdale, absolument fantastique). Celui-ci montre des signes inquiétants de détérioration de santé mentale. L’enquête ouvrira une horrible boîte de Pandore, véritable abîme où se tordent des destins individuels et collectifs, sur fond de mémoire historique perturbée qui le confrontera à ses propres démons intérieurs, bousculant en chemin son propre équilibre et ses certitudes professionnelles.

Amorcé comme une auscultation de la névrose des sociétés capitalistes modernes, le film bascule progressivement dans un maelström psychologique et intellectuel pétri dans une matière extrêmement complexe et touffue, qui fascine tout autant qu’elle épuise et irrite. Férocement personnelle et originale, tout autant charnelle que littéraire, la démarche cinématographique de Nicolas Klotz met constamment le spectateur dans un état de tension déstabilisante, d’inquiétude et de surprise, tant son récit chaotique fuit mystérieusement dans tous les sens, tout en nous malmenant sérieusement en chemin.

Un talent exceptionnel est indéniablement à l’oeuvre, mais certains choix narratifs et esthétiques pourront bousculer les spectateurs habitués à des oeuvres cinématographiques plus molles et consensuelles. À la fois sensuel et brutal, souvent expérimental et opaque, La Question humaine cultive une affectation outrancière et un maniérisme inusité, en particulier dans l’emploi de la musique, extrêmement éclectique (du classique à la techno trance en passant par le fado), ou avec la narration poétique et solennelle d’Amalric lors de certaines scènes.

Il en résulte une expérience de cinéma tendue et viscérale, parfois même conflictuelle et exaspérante, qui est tout sauf conventionnelle. Mémorable et marquant, ce film frappe là où ça fait mal, hante l’esprit et ne nous laisse pas sans séquelles. Autant de signes incontestables nous confirmant que nous sommes devant une oeuvre singulière.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :