Travelling Avant

11 octobre 2007

FNC 2007 : La Antena

Filed under: Cinéma argentin, Fantasia 2008, Festival du nouveau cinéma 2007 — Marc-André @ 19:09
La Antena

La Antena

Fort singulière expérience cinématographique que ce film argentin en noir et blanc qui rend un hommage inspiré au cinéma muet, et plus particulièrement à l’expressionnisme allemand. Plusieurs trouvailles visuelles brillantes parsèment ce récit plutôt schématique qui prend la forme d’une allégorie dénonçant la dictature de l’image et la menace de la pensée unique qui pèsent sur nos sociétés.

Le scénario de La Antena, du cinéaste argentin Esteban Sapir, est campé dans une « ville sans voix » imaginaire et enneigée, où les habitants ont perdu l’usage de la parole et vivent sous l’emprise des images et de la nourriture d’un sombre individu nommé Mr. TV, qui monopolise les ondes télé tout en contrôlant l’imaginaire de la population. Mr. TV a des visées encore plus totalitaires, et l’instrument de son plan diabolique sera une ravissante chanteuse – l’une des dernières personnes à posséder l’usage de la parole, avec son jeune fils aveugle. Un réparateur de télévisions découvre la machination et tentera de le contrecarrer.

Dans la lignée de Brazil et de Metropolis mais en plus modeste, La Antena déploie un univers fantastique qui sert à illustrer une parabole limpide mais efficace qui dénonce les tentatives de museler la liberté d’expression ainsi que la tyrannie du pouvoir politique. Des idées nobles et nécessaires, admirablement desservies par un imaginaire foisonnant et un par remarquable travail d’artisan, qui déploie une très belle ingéniosité visuelle.

Malheureusement, après une première partie fascinante, le concept se révèle quelque peu court. À 90 minutes, le film apparaît trop long, l’inventivité indéniable de l’univers de Sapir s’essoufflant légèrement en cours de route, faute d’un scénario suffisamment étoffé pour l’appuyer. Très mélancolique, le film manque également d’une certaine verve en regard des expériences assez similaires de Guy Maddin. Ce dernier pousse le délire beaucoup plus loin dans la recréation du cinéma muet et la perpétuation de l’héritage du surréalisme.

Ces quelques réserves mises à part, La Antena demeure un objet cinématographique non identifié très original, et il offre une délicieuse imagerie surréaliste qui ravira les amateurs d’abstraction filmique et de nostalgie cinéphile appuyée. La direction artistique est particulièrement impressionnante, le cinéaste ayant fait des merveilles avec très peu de moyens. L’usage des phylactères est inédit – les paroles flottent littéralement au-dessus des personnages et se déplacent avec eux – et en parfait accord avec le sujet du film. L’usage de la musique et la superbe composition photo en noir et blanc rendent un hommage somptueux aux classiques de l’expressionnisme.

Prenant l’allure d’un conte empreint de naïveté et de candeur, cet essai témoigne d’un amour inconditionnel pour le cinéma muet. Un projet unique et passionnant, malgré ses imperfections.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :